Aimé Césaire:Liens Sacrés

Pour célébrer l’entrée d’Aimé Césaire au Panthéon à Paris,  Syl Pâris Kouton a choisi de nous livrer en hommage au grand poète, démarche rare chez cet artiste discret, un long commentaire poétique de la toile qu’il a réalisée en 2008 juste après la disparition de l’écrivain, et intitulée « Aimé Césaire: Liens Sacrés ».

« Aimé Césaire : Liens Sacrés. »

74 x 67 cm. Juin-Juillet 2008 Peinture de Syl.Pâris.Kouton

Parole de l’artiste

En errance à la recherche de la Lumière en pleine nuit obscure et sombre d’Afrique ;

Je suis un passant devant ce mur Bleu.

Ce mur qui sépare deux Mondes…

Le monde des non-Initiés et le monde des Initiés,

Le monde des profanes et le monde des mystères.

Ce mur Bleu, symbole de douceur, de sérénité, de paix, de quiétude, de dialogue ;

M’appelle, m’attire, m’invite et m’interpelle…

Ainsi, en passe muraille, suis allé derrière ce dernier et Hope !

Je vois en face un autre mur vert bouse de vache ;

Symbole de jeunesse, de fraîcheur et de sagesse.

Et derrière ce mur;

J’assiste à cette grande messe de réflexion absolue sur une histoire de la planète ;

J’assiste à cette méditation sur un vrai nègre de notre histoire qu’est Aimé Césaire…

Représenté ici par trois photos dans le temps sur le mur bleu.

Dont la première est signée par Roger-Viollet.

Cet homme né le 26 Juin 1913 à Basse-Pointe en Martinique ;

Et qui arrive à Paris en 1932 et s’inscrit au Lycée Louis-le-Grand,

Où il rencontre ce vrai africain Léopold Sédar Senghor.

En 1934, il fonde l’Etudiant noir avec Senghor et ce Guyanais Léon-Gontran Damas qui est le troisième larron du mouvement de la Négritude.

En 1935, il écrit Cahier d’un Retour au Pays Natal (qui a été publié en 1939) ;

Entre à l’Ecole Normale Supérieure.

Retourné en Martinique en 1939, ce vrai noir a été professeur au Lycée Victor Schoelcher.

En 1940, il crée la Revue Tropiques.

En 1941, il rencontre André Breton.

En 1945, est élu maire de Fort-de-France puis député de la Martinique…

Et sera réélu sans discontinuer jusqu’en 1993.

En 1946, il adhère au Parti Communiste Français.

En 1950, Aimé Césaire écrit le Discours sur le Colonialisme qui sera publié en 1955 chez Présence Africaine.

En 1956, il quitte le PCF car il a ses raisons…

Et participe au premier congrès des écrivains et artistes noirs à Paris.

En 2001 ;

Cet homme d’une grande sagesse ;

Cet homme qui incarne la Vie ;

Cet homme magnifique que sa Martinique natale…

Cet homme jeune et dynamique dans la tête ;

Cet homme toujours accueillant par un sourire constant et de vérité…

Abandonne la mairie de Fort-de-France !!!

« Laminaire, l’Algue enracinée, accrochée à son rocher antillais »,

Ainsi que se définissait ce digne fils de cette île paradisiaque qu’est la Martinique, s’est couché ;

Et définitivement, cette fois-ci le 17 Avril 2008 à Fort-de-France.

Mais en Afrique, dit-on, les morts ne sont pas morts !

Les morts sont présents dans le Vent, dans le Feu, dans l’Eau, dans la Terre, sur la Terre et dans ses Forêts non sacrées ou sacrées… bref, dans diverses mondes.

Les humains pensent qu’une fois dans leur tombeau, ils sont au repos !

Mais en Afrique ou dans d’autres coins du monde, ils sont encore sollicités…

Ainsi, l’esprit d’Aimé Césaire, l’âme de ce vrai nègre (humblement et respectueusement parlant) est sollicité !

Serait-il aussi une grande figure de l’histoire humaine sans Léopold Sédar Senghor, Léon-Gontran Damas et tant d’autres ?…

Serait-il ce vrai homme de civilisations, de réflexions et de cultures sans ce partage des valeurs sacrées entre sa Martinique natale, l’Afrique de son cher Senghor et la France, sa seconde patrie ?!…

Observons ce sourire de Césaire dans cette deuxième photo (signée H.Szwarc) prise à Miami en 1987 à côté de son ami – frère sénégalais de sept (7) ans son aîné.

Pour ainsi dire, aurions-nous un vrai Césaire sans Senghor et vice versa ?…

Si aujourd’hui Aimé Césaire est dans le panthéon français !

Quelle place ou quel jardin de repos en signe de « vraie » reconnaissance cette chère France réserve à l’esprit et à l’âme de Senghor qui erre encore et encore dans les couloirs de la Sorbonne et dans quelques rues de Verson et de la France ???

Mais, rendons quand même hommage à Madame Anne d’Ornano ;

Présidente du Conseil Général du Calvados et initiatrice du projet en 2004 pour la construction à Ifs, dans les environs de Caen, de ce nouveau collège qui prend le nom de Léopold Sédar Senghor qui a vécu et a fini sa vie pas loin de là.

Senghor en fresques dans ce collège de Normandie est quand même un petit signe de reconnaissance ;

En ce 21 mars 2005, jour de l’inauguration en présence de madame Colette Senghor (veuve du président).

Le jour ne va pas tarder à se lever derrière ces deux murs ;

Car quelques coqs pas loin de là chantent déjà…

Et dire que cette grande messe de réflexion absolue ou cette méditation sur Aimé Césaire n’est pas un débat ; ni un échange de ping-pong ; ni un jugement ;

Juste une contemplation…Car on ne pas se souvenir de Césaire sans Senghor et vice versa.

Et dire que derrière ce mur vert en bouse de vache, il y a vraiment présence de lumière dans cette profonde nuit obscure et sombre d’Afrique (représentée par cette toile jaune symbole de lumière sous les photos de Césaire).

Car derrière ce mur, ces gens qui m’ont accueilli sans discrimination trouvent aussi leur équilibre et leur complet (représenté par les dix (10) points sur la toile jaune de Lumière ; où le chiffre un (1)  représente la ligne verticale ou symbole de l’Equilibre et le chiffre zéro (0) représente le cercle ou symbole du cosmos, de l’univers, du Tout, du Complet et de la perfection).

L’Equilibre et ce Complet baignent dans la douceur (les points bleus) ; dans la pureté (les points blancs) et dans  le même dénominateur commun ou même lien sacré (les points rouges ou symbole du sang rouge, de pacte ou de l’ancestralité).

Qu’Aimé Césaire soit au centre de cette messe de réflexion nocturne ;

Il y a quand même la présence des âmes de ces chers deux compagnons (Senghor et Damas) unis à celle de ce dernier (représentée par ces trois personnages unis en blanc, symbole d’âme ou de pureté).

Enfin ;

Que les dauphins ou les disciples d’Aimé Césaire pensent que cet homme est une référence ou un modèle parfait…Je ne m’oppose pas !

Et que Senghor n’a pas trop apporté au monde…Je m’oppose royalement.

Mais que dira Césaire ?

Car  Senghor l’a tant inspiré aussi et lui a apporté cette Afrique qu’il ne connaissait pas…

Ces deux étaient plongés dans le forum de l’intelligentsia du monde noir.

Césaire et Senghor sont tous deux des hommes d’Idées et de Valeurs…

Et ce Senghor ;

Premier président de la République du Sénégal,

Ce président-poète ; un vrai humaniste, homme de culture, mécène et protecteurs des artistes…

Cet initiateur de l’Ecole des Arts de Dakar, et de ce Festival Mondial des Arts Nègres ;

Cet éminent membre de l’académie française,

Ce visionnaire qui a annoncé la Mondialisation !

Bref ;

N’est-il pas bien entré dans l’histoire humaine de même que son Afrique!?

Car un président européen ;

Hybride, déraciné, homme à se frustrer, intellectuellement moins large d’esprit…

Ce président européen animé de mesquinerie intellectuelle et qui pense que l’Afrique n’est pas profondément entrée dans l’histoire.

Notre belle et paradisiaque Afrique avec ces cultes et cultures n’est pas profondément entrée dans l’histoire ?!…

Comment définissons-nous l’histoire ?!

Y a t il une histoire profonde ou non ?!

Avons-nous une référence ou un modèle d’histoire ?!

L’Afrique par la traite négrière n’a-t-elle pas construit les grandes puissances mondiales ?!

L’Afrique n’a-t-elle pas aidé et soutenu ces métropoles ?!…

Cette Afrique de Soleil, de lune, d’étoiles, de mers avec ces beaux cocotiers (refuges de paisibles repos)…

Cette Afrique de forêts, d’initiations, de chants, de musiques, de danses…

Cette Afrique d’Initiations…

Cette Afrique qui a inspiré et qui inspire tant d’artistes et d’hommes de cultures…

Cette Afrique chère à Césaire, Senghor et tant d’autres…

Ce président européen a-t-il des liens sacrés ?

Donc je proposerai ;

Pris séparément, qu’aucun d’eux (Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor) n’est issue d’une génération spontanée et que chacun d’eux a aussi un père…

Qui est leur père???!!! Ce n’est pas nécessaire pour moi…

En outre,

Je dirai  que chacun d’eux a apporté sa poignée de sel afin d’assaisonner l’histoire de l’humanité.

Et c’est ce que la postérité doit retenir de ces deux amis qui ont les mêmes « liens  sacrés » (Afrique Antilles) et de cette chère France à eux deux …

Donc ne soyons pas comme des gens qui courent derrière la Lumière,

Les gens qui courent derrière la Vérité et les gens qui courent derrière l’AMOUR et en même temps les fuient…

Pour une autre découverte !

Une autre œuvre de Syl.Pâris.Kouton ;

Demain, une autre nuit…

 

Samedi 23

Dimanche 24

Lundi 26 Avril 2011

1 commentaire

  1. Marine Cerf-Cinq

    Bonjour Syl Pâris j’espère que tu vas bien,
    je laisse juste un petit commentaire pour te dire que j’aime beaucoup ce travail
    que tu as réalisé sur Césaire, et encore plus le texte que tu as écrit;
    il m’a beaucoup touchée.
    A bientôt et bonne continuation.
    Une pensée pour les amis de Porto-Novo!

Laisser un message

*